L’énergie verte et durable après la crise du coronavirus

Après les importants dégâts liés à la crise sanitaire du coronavirus, le gouvernement s’attaque à ses principales préoccupations : remonter l’économie financière de la France. Dans le but de relancer cette économie, le gouvernement met en place une reprise économique et sociale.

Cette reprise prend en compte les transitions énergétiques, un défi qui reste majeur. La transition énergétique, offre un avenir plus sûr, du fait d’une énergie durable, indépendante et diminuant les émissions de gaz à effet de serre.

Si l’Etat concentre ses efforts sur l’énergie durable, cela aurait deux bénéfices à ne pas négliger.  Tout d’abord cela stimulera l’économie, mais également accélérera la transition énergétique. En effet, doter les entreprises d’infrastructures écologiques leur permettra de devenir indépendantes. Les impacts du coronavirus et les conditions du marché, peut détourner l’attention de certains décideurs publics, et nécessitera des mesures d’accélération législatif afin d’ouvrir et libérer les marchés.

Un des pays qui a su mettre en place rapidement des mesures pour diminuer l’impact du covid-19 est le Maroc. Le pays a su trouver des pistes de relances suite à la crise, comme le volet énergétique qui permet de mettre en compétition les industries marocaines.

Le Maroc s’est résolument engagé dans une stratégie de transition énergétique fondée sur le développement à grande échelle des énergies renouvelables. Outre sa forte employabilité dans différentes filières, les énergies renouvelables sont une source importante de réduction des coûts de l’électricité.